Deuxième journée : 25 octobre 2009

Salle des Associations à Collobrières
Association des Artistes et Créateurs de Collobrières (AACC)

Pendant la fête de la Châtaigne à Collobrières, nous répétons l'opération « portes ouvertes » dans la Salle des Associations, place de la libération (à coté de la Mairie). L'année passée, bon nombre de personnes, de familles et de groupes d'amis sont venu se faire photographier. Dimanche passé encore, la porte ouverte du studio a été franchie par de nombreuses personnes de tout age, seules et en groupe. (La date était malheureusement annoncée comme 18 novembre au lieu de 18 octobre. Désolé pour tous ceux et toutes celles qui se sont préparés à venir en novembre.)
Ces journées - et des sessions individuelles - permettent de réaliser une collection de portraits de personnes qui ont un lien – parfois étroit, parfois passager – avec Collobrières. N'hésitez donc pas de passer – si possible à toute heure de la journée et non pas en foule juste avant la fin de la journée...

Le portrait photographique est une discipline née en même temps que la photographie. De Julia Margaret Cameron, via August Sander, à Arnold Newman, et Philippe Halsmann, il y a eu beaucoup de photographes qui ont imprimé leur marque à cette discipline.
Avec l'omniprésence d'appareils photos numériques et la profusion de photos plus ou moins personnelles sur Flickr, Picasa, etc., le « portrait formel » a presque disparu. (En studio ou dans l'environnement personnel ou professionnel du sujet, mais toujours avec des lumières et un cadre contrôlés). Mais on observe déjà un « contre-mouvement » : insatisfait par la qualité des « images au hasard », les personnes de tout age acceptent volontiers de poser devant un photographe.

Mes premiers essais de portraits datent de 1974 environ – avec des moyens (très) artisanaux : Des draps comme fond et réflecteurs, une lampe de bureau, un flash indirect, etc.
Après une longue pause, reprise des travaux en 2001, avec des vrais moyens de studio, mais avec une expérience retombée à zéro. Comme en 1974, le portrait était noir & blanc « évidemment ». Tema a été une de mes premières « victimes », très patiente et avec un visage qui ne demandait pas trop d'ingéniosité de l'apprenti portraitiste.

Tema - femme Tema - fille








(Cliquez sur les images pour les agrandir.)

Après le passage d'autres collègues et ami(e)s devant mon Nikon argentique et captés sur des pellicules N&B Ilford, arrive (pour moi) en 2006 le temps du numérique – et de la couleur.
Les premières sessions avec des boitiers Nikon D70 prêtés par des amis ont été réalisées en couleur, mais je publiais les résultats en noir & blanc sur mon site Web. (Des portraits en couleur ne me semblaient pas sérieux...)


Laila Laila










Peu à peu, je pense avoir apprivoisé la couleur, comme témoignent les « têtes » croquées à Collobrières. Le portrait du sculpteur François Saison, dans son Atelier, me paraît mon meilleur résultat dans cette conquête de la couleur et dans son utilisation très mesurée :

François Saison, sculpteur


J'ai dû apprendre également le métier : le drôle de mélange entre « dompteur » et observateur, le bon dosage entre complicité et distance qu'il faut pour réussir.

Ce sera un apprentissage sans fin, heureusement !


Victor Murat


Gérard Lupano, amoureux du verbe


Gaëlle Yanis


Yves Euvremer, peintre Serge Bordas, peintre


Gilbert Dupisson, peintre


Omer avec fille et petite-fille